LA COUTURIERE





Un jour, une couturière cousait, assise, au bord de la rivière.
Soudain, son dé tomba dans la rivière. Comme elle hurlait de désespoir, le
Seigneur apparut et lui demanda :
- «Chère fille, pourquoi pleures-tu ?»
La couturière répondit que son dé était tombé dans la rivière, et elle en avait
besoin pour aider son mari à nourrir sa famille.
Le Seigneur plongea la main dans l'eau et en sortit un dé en or avec des
saphirs.
- «Est-ce ton dé ?» demanda le Seigneur.
- «Non » répondit la couturière.
Le Seigneur plongea à nouveau la main dans la rivière et en ressortit un dé en
or et rubis.
- «Est-ce ceci ton dé ?» demanda-t-il une nouvelle fois.
À nouveau, la couturière répondit :
- «Non».
Le Seigneur plongea une troisième fois la main dans la rivière et en ressortit
un dé en cuir
- «Est-ce ton dé ?» demanda le Seigneur.
- «Oui» répondit la couturière.
Le Seigneur fut content de l'honnêteté de la femme et lui donna les trois dés de
couture.
La couturière rentra à la maison heureuse.

Quelques années plus tard, pendant une promenade du couple au bord de la
rivière, le mari tomba dans l'eau et disparut dans le courant. La couturière
hurla de tous ses poumons.
Le Seigneur lui apparut à nouveau et lui demanda :
- «Femme, pourquoi pleures-tu ?»
La couturière répondit :
- «Oh ! Seigneur, mon mari est tombé dans la rivière !»
Le Seigneur plongea la main dans l'eau et en ressortit George Clooney :
- «Femme : est-ce ton mari ??»
- «Ouiiii !!!» hurla la femme.
Le Seigneur, furieux :
- «Tu as menti, ce n'est pas vrai !!»
La couturière répondit :
- «Pardonne-moi Seigneur. Il y a eu malentendu : si j'avais dit «non» à George Clooney, vous auriez sorti Brad Pitt......et si j'avais dit «non» à lui aussi, vous auriez sorti mon mari. Et si à ce moment j'avais dit «oui», vous m'auriez donné les trois. Seigneur. Ma santé n'est plus si bonne, je n'aurais pas pu prendre soin de trois maris. C'est POUR CELA que j'ai dit «oui à George Clooney.»
Ainsi, le Seigneur permit à la couturière de garder Georges Clooney avec elle.

La morale de l'histoire ?
Quand une femme ment, c'est pour une raison juste et honorable et c'est dans l'intérêt de tout le monde.


1 commentaire:

  1. Ah, voilà qui est bien dit !
    Gros bisous. Jetelle.

    RépondreSupprimer